Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Matériel et préparation

le Dim 24 Fév 2008 - 9:07
Pour les novices, il y a un certain nombre de produits parmi ceux que je vais mentionner qui sont peu connus et qui peuvent être délicats à trouver. Il faut savoir chercher aux bons endroits. Je précise simplement que tout le matériel que je vais conseiller par la suite est disponible dans tout bon magasin de modélisme, dans les boutiques d’art ou de bricolage. Sinon, il reste pour les surfeurs les boutiques en ligne. Tous les outils décrits ici ne sont bien évidemment pas indispensables, ni essentiels, mais parfois utiles, voire luxueux, mais qu’est ce qu’ils nous simplifient la vie ! Car il va falloir retrousser ses manches et se procurer un minimum de matériel avant de voir vos amis baver devant votre vitrine remplie de vos chefs d’œuvres. Attention les doigts !!!

Quels pinceaux choisir ?

Vous vous en doutez, il existe énormément de pinceaux différents sur le marché. Ceux-ci diffèrent par leur taille, leur fabriquant, leur qualité, leur utilité et leur prix. Son choix est délicat, car c’est lui qui deviendra votre meilleur ami. Ce sera le prolongement de votre main, votre compagnon d’aventure... Et sachez qu’il existe une énorme différence entre un bon pinceau et un pinceau excellent, et qu’un pinceau fin n’est pas toujours le plus adéquat.

Il faut savoir jongler entre taille de réservoir (pour avoir plus de peinture dans les poils), rigidité et longueur des poils (pour un tracé plus ou moins souple ou pour de petits détails), la forme (plate, effilée..), le diamètre de la base (pour le volume de la surface couverte), la provenance du poil (pour la qualité et la durée de vie du pinceau) et la taille du manche (pour l’équilibre du poids). La taille du pinceau sera bien évidemment proportionnelle à la surface à peindre, mais même un pinceau de taille intermédiaire (genre taille 1) avec une belle pointe suffira pour les détails les plus fins, et permettra d’avoir un plus gros volume de peinture emmagasiné dans son réservoir, ce qui évitera un aller retour fréquent jusqu'à la palette, et évitera que la peinture sur le pinceau sèche trop vite.

Les bons pinceaux sont assez onéreux, mais si vous les entretenez bien, ils feront un bon bout de chemin avec vous. Les meilleurs sont en poils de martre, et la gamme qui à mon avis fait les pinceaux de meilleure facture est Raphaël. Viennent ensuite Winsor & Newton ou encore Isabey, initialement destinés à la peinture à l’huile. Je garde certains pinceaux de qualité moyenne pour les premiers « à plats », d’autres neufs pour les détails, certains pour les socles et les brossages, d’autres encore pour les énamels.

Il faudra prendre extrêmement soins de vos pinceaux. Ce sont des outils coûteux et fragiles. Personnellement, je prends mes peintures avec le manche du pinceau, j’évite de mettre de la peinture à la base des poils lorsque je peins, je ne fais pas frotter mes poils avec le pot à eau lorsque je les nettoie, je les essuie bien après utilisation (au savon de temps en temps), les protéger d’un capuchon en plastique, et les conserve horizontalement ou verticalement.

Les lampes « lumière du jour »:

l’éclairage bleuté qu’elles procurent permet de rééquilibrer la couleur « jaune » de l’éclairage normal ; cet éclairage « jour » permet un rendu photographique approprié : les couleurs ne sont pas altérées et respectent les pigments des peintures. Une bonne lampe doit vous éviter de bronzer ; une ampoule trop forte dégage de la chaleur et assèche la palette et la figurine.

Préparation de la figurine :
Je ne connais aucun figuriniste qui a un réel plaisir à préparer ses figurines, mais cette étape est indispensable. Non seulement pour enlever les traces de moule, mais aussi toutes les petites imperfections dû au moulage (micro reliefs, trous…). Une fois les éléments sortis de la boite, il faut accorder son attention sur chacun afin de dénicher toutes les erreurs de moulage. Peu de fabricants vous refuseront l’échange d’une pièce mal moulée. Une pièce "propre" permet une meilleure adhérence de la peinture: il y a pas mal de figurines qu'il faut laver avant car elles sont grasses, notement celles en plastique ou en résine. Un peu de liquide vaisselle ou de savon appliqué à la brosse et bien rincé à l’eau tiède peut être très utile.

Les outils de ponçage :
pour ébarber une figurine en plastique ou en résine, utilisez un X-acto, cet outil permet de travailler plus finement qu’un cutter. Suivez la ligne de moulage et enlevez la matière en taillant progressivement en biais pour éviter qu’une partie de la surface ne parte, puis poncez avec du papier de verre 600, 800 ou 1000 pour homogénéiser les zones. A noter que ces papiers sont le plus souvent « à l’eau » et qu’il convient donc de les mouiller avant de poncer afin de limiter la production de poussière trop importante…

Ebarbage et respect de la figurine :
Une ligne de moulage située dans le creux d’un drapé sera plus facilement poncée (tout en ponçant aussi le reste du drapé) qu’enlevée avec un X-acto ; celui-ci creuse davantage le drapé et ne respecte pas sa nature de tissu !

Les parties en coin ou en pointe sur la figurine, qui sont parfois arrondies lors du moulage, doivent être reformées et affinées. Il faut couper pour obtenir des arrêtes et ne pas hésiter à trancher dans la matière quitte à en diminuer l’épaisseur ou la largeur (ébarber en copeaux). Citation : ‘Une épée de 1,20 m ne fera plus que 1,17 m !’. Le but est de reformer voire de re-sculpter certaines parties et obtenir ainsi un coin de cape bien pointu, une épée bien affutée, un pli affiné.

La résine est parfois parsemée de bulles d’air occasionnant des trous dans certaines parties très fines du personnage. La première étape consiste à bien étudier son blister en magasin avant de l’acheter ; cependant de mauvaises surprises peuvent survenir au déballage : un nez ou un menton quasi inexistant, des micros creux dans les plis d’un vêtement etc. Pour pallier ce problème, préparez une minuscule boulette de milliput et rebouchez délicatement tous les trous, resculptez les parties manquantes. Le milliput doit être bien mélangé et peut-être appliqué à l’aide d’un pinceau gomme pour faciliter le lissage.

Laissez bien sécher les raccords ; cette étape peut-être accélérée en laissant la figurine sous la lampe ou en utilisant un sèche cheveux.

Limes et papier à récurer :
Je dispose d’une collection de limes à faire pâlir de jalousie un salon de beauté. Qu’elles soient plates, concaves, fines, à angles droits... chacune trouvera son utilité un jour ou l’autre, pour limer le métal ou les parties sculptées. Il faudra faire attention à ce que les parties limées ne deviennent pas trop plates. Certaines pâtes engorgent les limes. Je les nettoie avec une brosse à poils en métal. Pour le papier de verre, je dispose de plusieurs types de grains fins, suivant la finesse de la partie à préparer. Je plie le papier pour lui donner plus d’épaisseur. Il m’arrive de l’humidifier pour limiter le dégagement de poudre métallique.

Tampon à récurer :
Après avoir fait un bon travail avec des limes, cutter etc. on peut affiner le travail sur les parties lisses et larges (capes, plaques d’armure...) avec du papier à récurer (comme celle des éponges). On obtient un fini lisse comme le verre…très agréable à peindre. On remarque aussi plus facilement les erreurs de limage. Attention aux figurines faites à partir d’un alliage mou (avec une forte proportion d’étain). On risque d’abîmer les détails fins. On peut obtenir des résultats équivalents avec de la laine d’acier ou une brosse pour bijoutier. Pour accéder aux creux de la figurine, il est bon de s’aider d’un cure-dent ou d’un outil similaire qui ne soit pas en métal, pour ne pas marquer la figurine.

Mini perceuses et visseuses à main :
Pour renforcer les différentes parties d’une figurine, pour la planter sur son socle… il est toujours préconisé de tiger les éléments. J’utilise pour cela des visseuses à main avec mèches de différents diamètres selon l’utilisation. Je possède bien évidement du fil de fer (en bobine ou en tige) des diamètres correspondant. Les minis perceuses me servent aussi à tenir un élément de figurine en insérant une tige dans un trou de la figurine.

Scie et lames :
Pour mes conversions lourdes, il est souvent nécessaire de découper sans pitié mes charmantes figurines. Le faire avec une lame de cutter est dangereux et peu efficace et avec une pince cela est peu précis. Une scie a chantourner est vraiment utile pour ce genre de travail, à condition d’avoir l’assortiment de lames qui va bien. Attention les doigts !! Aucun figuriniste ne s’est jamais blessé, j’en connais même qui ce se sont entaillé la main dans laquelle ils tenaient leur outil…balaise hein?…,

Les pâtes à sculpter :
Il faudra aussi veiller à l’assemblage des divers éléments de la figurine, et combler les interstices avec des pâtes à sculpter.

Outils de sculpture :
Un jeu de spatule s’avère nécessaire pour commencer. Ceux disponibles dans le commerce sont d’assez mauvaise qualité. Pour ma part, j’utilise des outils de dentistes ou de biologistes, ainsi que quelques-uns fabriqués de toutes pièces.

Outils fabriqués :
Le premier outil très simple à réaliser est une aiguille fixée sur un vieux pinceau débarrassé de ses poils. Le second est le même avec une pointe courbe pour atteindre certains endroits délicats. Pour les outils à forme plus complexe, j’utilise une tige en laiton, que je mets en forme avec une pince et un marteau, que je taille avec une lime et que je ponce avec du papier à poncer à grain très fin. Quelle forme lui donner me direz vous ? Cela dépend de la partie à sculpter. Tantôt plat, courbe, à bout rond ou pointu... Généralement, lorsque je suis amené à sculpter un type de partie que je n’avais jamais réalisé auparavant, je fabrique mon propre outil adapté pour l’occasion. En quelques réalisations, vous devriez avoir un petit assortiment assez complet.

Pinceaux gomme :
Cet outil est indispensable pour lisser les pâtes à sculpter. Il en existe de différentes tailles, formes et rigidités. Conique, biseau plat, biseau effilé, concave, concave biseauté… le blanc est souple, le noir est rigide, et le gris est un intermédiaire.

Outil a rivets :
Lorsque j’ai réalisé mon Space Hulk, je savais que j’allais devoir réaliser un nombre incalculable de petits boulons ronds, fréquents dans ce genre de vaisseaux (regardez un sous-marin...). D’où l’idée d’un emporte pièce.

Voici le modus opérandi extrait de l’article paru dans Ravage 14: (liens)
« Ce qui m’a sauvé la vie, c’est le fameux outil à rivet. Il peut servir pour vos décors, vos véhicules, mais aussi pour orner les armures de vos figurines. Pour le réaliser, il faut une tige en laiton de 5 cm d’un diamètre d’environ 1 à 2 mm. On taille l'une des extrémités avec une fraise de manière à ce que la tige soit creusée en formant une demi-boule (un peu comme une cuillère à glace). C'est ce qui va donner la forme du rivet. Il est utile de le fixer au bout d’un vieux pinceau à la place des poils pour plus de maniabilité. On s'en servira pour choper une petite boulette de pâte à sculpter (duro, miliput, A/B ou ce que vous voulez) pour poser là où l'on veut notre rivet. J’ai passé deux jours entiers à les disposer sur tout le décor. A tel point que j’ai rêvé que je me faisais attaquer par des rivets géants !!!(Oui oui, j’insiste, de bons vieux rivets de 20 Kg !!!). »

Autre petit matériel

PATAFIX :
J’en utilise abondamment. Par exemple, pour fixer mes figurines sur un support provisoire lors de la peinture, pour éviter de l'écailler par des frottements répétés. Cette pâte me permet aussi de visualiser l’agencement des pièces lors d’un diorama ou d’une scène complexe. Je l’utilise aussi pour protéger ma figurine lorsqu'elle est encore en cours de peinture et que je suis obligé de la maintenir par une partie déjà peinte.

Les colles et leur manipulation :
Le matériel que j’utilise est vraiment très classique : de la simple colle cyanoacrylate, de la colle blanche à bois, de la colle pour plastique, de l’accélérateur de séchage et divers outils qui me permettent de l’appliquer.

Une aiguille :
Je préconise de prendre la colle liquide avec une aiguille tordue à son extrémité, après en avoir disposé une goutte sur la palette ou tout autre support (le mien est un petit carré de carrelage ou de verre que je garde depuis plusieurs années). Le collage est ainsi beaucoup plus précis. Combien de fois ai-je maudis ma fainéantise à cause d’une goutte de colle qui s’est logée dans les détails d’une figurine !

Accélérateur de colle :
J’utilise un spray « accélérateur de séchage » pour colle cyano. Cette bombe est totalement indispensable pour tout figuriniste qui se respecte, mais est dur à trouver. En même pas une demi-seconde, l’élément est soudé quel que soit son poids ou sa taille. C’est impressionnant d’efficacité, rien ne pourra se désolidariser. Ce spray n’est à utiliser que pour les grosses pièces, car cela fait légèrement gonfler la colle liquide. Attention, une erreur est totalement irrécupérable !

Seringues:
Pour la conservation et le dosage de la colle à bois, rien de mieux qu’une seringue.

Pistolet à colle :
Ce pistolet chauffe et ramollit de la colle en bâton, et permet ainsi de tirer et tendre des fils de colle qui sécheront à l’air. Je m’en suis servi pour représenter le nid de la reine mère des aliens dans mon diorama Space Hulk.

Le jus de Milliput (pour les figurines en métal) :
Cette technique consiste à liquéfier légèrement du Milliput afin d’obtenir un jus visqueux, que l’on utilisera afin de faire adhérer davantage les bas reliefs, les enluminures, les gravures, etc.

Pour se faire, on crée une dépression (un trou ?) dans une boule de Milliput (préalablement préparée) à l’aide du côté bois du pinceau. On ajoute progressivement de l’eau et on « touille » avec le pinceau, la dépression va lentement se remplir du jus du Milliput. Avec le pinceau on appliquera alors ce jus de part et d’autre de la structure que l’on veut faire adhérer au reste de la pièce. Une fois sec, on ponce la surface avec du papier de verre fin. On utilise souvent ce jus pour lisser le côté « granuleux » des pièces métalliques.

La sous couche :
Cette étape essentielle se réalise avec une bombe à sous-couche ! Je préconise une bombe blanche Games Workshop, ou bien grise appliquée a l’aérographe.

Il est recommandé de prendre la figurine à bout de bras et de l’incliner à 45° pour aller là où l’on veut !

Il est possible de varier cette étape en appliquant plus ou moins de sous-couche. Cela ne sert à rien que la figurine soit totalement blanche. Il faudra vérifier qu’elle ne dépose pas trop de granule, si son épaisseur est suffisante !

Il faut ensuite purger la bombe : mettre la bombe vers le bas et appuyer puis attendre que la peinture s’évacue totalement, et ce, jusqu'à ce que de le gaz ressorte ! Ceci permet d’éviter la granulation de la sous-couche lors de la prochaine utilisation, une économie de sous-couche et un meilleur entretien !

Afin de sous coucher de manière optimal, il est conseillé de placer la figurine sur un support d’une quinzaine de centimètre de haut. Cela vous permettra de sous couché « par-dessous » aussi bien que « par-dessus ».

Re: Matériel et préparation

le Lun 21 Juil 2008 - 10:32
Les indispensables :

Il y a quelques temps je vous ai parlé de la sortie d'un très bon livre pour apprendre à peindre des petits bonzome :

"Le grand livre de la peinture sur figurine" écrit par certain des plus grands peintre du moment : Jérémie Bonamant, Allan Carrasco, Thomas David et bien d'autres.

Aujourd'hui vient s'ajouter un nouveau support : le DVD, la totale présenté par Jérémie Bonamant. 20 € sur le site de Kraken éditions : http://www.kraken-editions.com/fr/artefactory/boutique/index.html . Mais je pense qu'on devrait le trouver facilement dans les magasins qui vendent des figurines.

De la préparation à la peinture, toutes les techniques sont décrites, démontrés, très simplement. Plus de 7h de vidéo, 150 images, schémas et graphisme. Plus de 50 pas à pas. Double DVD.

A mettre entre toutes les mains, surtout si vous ne voulez pas vous prendre la tête sur un bouquin.

Bonne peinture

Karine

Re: Matériel et préparation

le Lun 21 Juil 2008 - 11:00
Et pour ceux qui veulent avoir un aperçu du DVD, ça ce passe ici :

http://jeremiebt.com/pages/page.php?page=jbt_interview_dvd

Lumière Zénithale : Introduction et théorie
http://www.youtube.com/v/A-o0JsCvpuI

Préombrage part 1:
http://www.youtube.com/v/sqjKM9-Y4pI

Préombrage part 2
http://www.youtube.com/v/2qXkFMFZ5cw

Galerie ATHELA
http://www.youtube.com/v/VDEIFOPezWQ
Contenu sponsorisé

Re: Matériel et préparation

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum