Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Derniers sujets
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier


Partagez
Aller en bas

Les chroniques de havok Empty Les chroniques de havok

le Mar 21 Aoû 2012 - 10:38
Prologue :

Jusqu'à aujourd'hui je me rend compte que nous avons toujours vécu dans l'ignorance, l'église avec sa vendetta anti-mystique a détruit et caché des tonnes d'informations, nous laissant sans défense et sans point de repère face aux phénomènes extraordinaire.

Fils de Gontran, riche marchand à la tête du compagnie de fret de Chaville, j'ai grandi sans jamais avoir à me soucier pour ma survie, et rien de se qui se déroulé dans ma vie ne méritait l'écriture d'un journal.

Malgré tout j'ai toujours su que j'étais prédestiné à un destin exceptionnel, depuis que je suis tous jeune je fais des rêves extraordinaire et tellement réelle que j'aurais pu les avoir vécu et même si au matin je ne me souvenais plus de rien ils ont marqué mon enfance.

Très tôt j'ai développé des capacités physiques hors-norme, et c'est donc très jeune que j'ai rejoint la garde de la ville afin d'y être formé au maniement des armes. C'est durant ces années que j'ai commencé à comprendre mon lien avec le monde invisible, et grâce à ce pouvoir j'ai pu résoudre bien des mystères et me sortir de situation qui aurai du me coûter la vie.

Mais lors d'un accident j'ai du me servir de mon don mystique pour sauver mes camarades, coincé à l'intérieur pendant l’effondrement d'un bâtiment je les ai protégé avec un bouclier de lumière. Les survivants n'ont jamais compris se qui c'est passé ce jour là et je ne pense pas qu'il aurai pu me dénoncer à l'inquisition, mais j'ai préféré quitter la garde avant d'attirer leur attention.

Grace à l'argent de mon père j'ai monté une auberge que je dirigeait il y encore une semaine de cela, mais mon goût pour l'aventure et ma curiosité mon poussé à m’intéresser au projet zeppelin, en usant des contacts de mon père je parvint à me procurer une place pour le vol inauguratif, me retrouvant ainsi embarqué dans une histoire qui allait dépasser mon imagination.

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 1 : Le voyage

le Mar 21 Aoû 2012 - 19:00
Le zeppelin :

Le grand jour était enfin arrivé, au matin des coursiers sont passés chercher mes effets personnels à l'auberge tandis que je livrais les dernières instructions au gérant qui allait s'occuper de mon auberge en mon absence.

En arrivant sur le lieu du décollage une foule s'était rassemblé pour assister au décollage du zeppelin, et si je n'étais pas aussi grand je ne sais si j'aurais pu accéder aussi facilement jusqu'à l'espace d'embarquement.

Une fois entré dans le zeppelin on m'a dirigé vers un salon richement décoré où étais disposé plusieurs tables, des passagers attendait déjà patiemment que tout le monde ai embarqué, tandis que d'autre restaient accroché au hublot afin de ne perdre aucune miettes du décollage.

C'est quelque minutes plus tard que j'ai rencontré le groupe d'aventurier qui allaient vivre avec moi cette aventure, un géant accompagné de se qui me paru deux enfants. Dés leur entrée dans le salon j'ai su qu'ils n'étaient pas à leur place, habillé simplement ils dénotaient avec le décors. Mais ils m'intriguaient, et c'est naturellement que lorsqu'il prirent place à ma table je chercha à en apprendre d'avantage sur eux.

Fabius plus grand que la pluspart des gens que je connais à par moi, est une force de la nature, sa carrure, ses gestes, et l'aspect rugueux de ses mains m'ont tout de suite averti qu'il était un combattant aguerri, je ne fus donc pas surpris de son efficacité durant les évènements qui survinrent.

Clara et Anastasia sont celles dont j'ai eu le plus de mal à saisir leur nature, plus vielles que ce qu'il m'avait paru au premier regard ils brillaient dans leurs yeux une intelligence et une sagesse qui n'est pas commune à Gaïa.

Ce n'est que plus-tard que j'allais comprendre l'étendu de leur être, mais le décollage accapara toute notre attention. Je n'avais jamais ressentis autant d'excitement j'étais comme un enfant qui recevait son premier cerf-volant sauf que là, j'étais dans le cerf-volant.

Quelque temps après le décollage, une fois que nous avions cessez de prendre de l'altitude, nous avons cherché à accéder aux cabines ou à la salle à manger, mais deux gardes surveillaient les portes, nous bloquant le passage sans pour autant nous donner des explications concrètes sur la raison de ce cloisonnement.

Mais après des heures d'attentes nous avons eu notre réponse quand le capitaine de la garde en charge de la protection du zeppelin fit irruption dans la salle. Et quel ne fut pas notre surprise lorsqu'il nous accusât tous moi, mes futures compagnons et le reste des passagers d'être des traître, et de notre intention de détourner le zeppelin.

Commença alors un véritable massacre les gardes commencèrent à tirer à l'arbalète sur les passagers, n'écoutant que mon courage je me suis battu fièrement pour défendre ma peau et celle des passagers, et ce malgré le fait que tout mon équipement soit dans ma cabine. Mais tous le courage du monde ne remplace pas une bonne lames lorsqu'il s'agit de se battre.

Mais mes compagnons eux ne rencontrèrent pas ce problème, Fabius étant rompu aux arts martiaux il se débarrassa des gardes à coup de coude et de genoux, tandis que Clara et Anastasia se sont révélé être de puissant mage et invocateur.

Malgré tous nos efforts nous ne purent sauvé qu'une poignée de passager, mais la situation devient catastrophique lorsque une explosion retentit nous faisant perdre l'équilibre. Le zeppelin perdait de l'altitude et si nous devions faire quelque chose il fallait agir vite.

Alors que mes frères d'infortunes partaient à la recherche du poste de pilotage afin de redresser le zeppelin, je me mis en quêtes de ma cabine afin de récupérer mon équipement, jamais trop prudent j'avais, dans mon coffre de voyage, empaqueté ma demi-plaque, mon pavois et mon épée bâtarde. Et c'est difficilement, que pressé par le temps je décida de n’emmener que mon épée avec moi laissant derrière le reste de mon équipement, avec l’espoir de pouvoir le récupérer plus-tard.

Le zeppelin étant constitué de trois partie distincte nous dûmes traverser une passerelle suspendu pour pouvoir accéder à la partie principal de l'appareil. Et la tâche n'étant pas assez ardu, il fallu négocier quelques garde supplémentaire pour pouvoir traverser tandis que le zeppelin chutait de plus en plus vite.

Arrivé dans le poste de pilotage nous avons retrouvé l'équipage massacré ainsi que le capitaine, mort, tétanisé sur la barre. Mais nous n'avons pas eu le temps pleuré sur leur sort car des que nous nous somme approché des commande un groupe de rebelle armé nous invectiva. Toujours sous pression depuis le combat contre les gardes, Clara ouvrit les hostilités en lâchant sur eux sa créature.

Dans les affres de la batailles, nous apprîmes que des saboteurs se trouvaient dans la salle des machines, mais les rebelles ne voulant pas entendre raison, ils se battirent jusqu'à la mort, avec la ferme conviction que nous étions responsable de l'attaque, ne nous laissant pas d'autre choix que de les tué.

Démarre alors une course contre la montre, tandis que Clara faisait tous son possible pour redresser l'appareil, Fabius et moi sommes parti à la recherche de la salle des machines. Et que ne fut pas notre stupeur en rentrant dans cette gigantesque pièce, nous pensions nous retrouver face à face avec une équipe de sabotage, et c'est face à un seul homme que nous nous sommes retrouvé.

Nous n'avions pas le temps de réfléchir, alors nous avons sauté dans la bataille, mais si nous nous étions arrêté quelque seconde nous aurions remarqué les étranges marque sur le sol et le regard absent de cet être repoussant, tandis qu'il scandé ses incantations. Heureusement pour nous le sort ne nous affecta pas, pour tous dire nous sommes passé à travers de lui comme si il n'était pas présent.

Impuissant face à cet adversaire nous avons fais se que nous pouvions pour trouver une autre trace de sabotage, et c'est pendant que nous nous évertuions à déloger une barre de fer d'un des mécanismes que nous nous retrouvâmes projeté par l'impact du dirigeable sur l'eau...

La plage :

Lorsque je me suis réveillé, mon corps me faisait souffrir, le sable sous mon corps et les débris de bois prés de moi m'indiquèrent que le crash n’était pas un rêve, et le gout de sang et de sel dans ma bouche non plus. mais cela devais faire plusieurs heures que nous nous étions échoué car nos vêtement étaient sec, et la journée devait touché à sa fin car le ciel était sombre sous les nuage.

Passé la dune, nous nous retrouvâmes face à une grande étendu d'herbes verte, et si à ce moment là les cloches n'avaient pas sonné nous aurions mis des heures pour trouver le village.

Quand nous sommes arriver les villageois étaient tous rassemblé pour célébrer un évènement dont la nature m’échappe, à tel point qu'aujourd'hui je ne serai dire si cela avais un rapport avec se qui nous est arrivé par la suite.

En tant que naufragé nous avons été bien accueilli par ces villageois qui n'avaient pas beaucoup de visite, c'est comme cela que nous apprîmes que ce village rassemblé les quelques 600 habitants que compte l'île, à l'exception du marquis qui dirige l'île ainsi que d'une famille de marginal soupçonné d'être des sorciers.

A peine avions nous posé quelque question de courtoisie sur le village et les gens qui y vivent que la foire aux rumeurs a commencé, mon expérience en tant que garde puis en tant qu'aubergiste, ne m'as pourtant pas permis de démêlé le vrai du faux, tous le monde avez quelque chose à raconter sur tous le monde.

Les information utiles que nous avons tiré durant ce repas étaient maigre mais suffisante pour savoir comment partir, et où séjourner en attendant le jour du départ. L'île étant isolé par des courants marin assez violent, rendant la navigation difficile, elle n'est ravitaillé qu'une seul fois par mois, et le prochain passage du bateau était prévu dans plus ou moins deux semaines.

Nous avons donc séjourné à l'auberge du village, recevant ainsi le titre honorifique de premier client.

Parmi les rumeurs certaines revenaient plus souvent et évidement c'étaient les plus inquietantes, la première concernait la météo, selon certain cela faisait plusieurs année qu'ils n'avaient pas vu le soleil et vivaient sous un ciel orageux en permanence, la deuxième concernait le marquis vivant sur l'île les rumeur parlaient de mystérieuses disparition et d'un vampire, la dernière concernait la récente mort du prètre du village, certain ne croyaient pas à la mort accidentelle.

Malheureusement pour nous toutes s'avérèrent plus ou moins vrai...


Dernière édition par babhylone le Mar 28 Aoû 2012 - 13:44, édité 1 fois

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 2 : l'île

le Mar 28 Aoû 2012 - 13:22
EN COURS

Jour 2 :

Notre première nuit fut plutôt calme, l'auberge était confortable, et ce malgré la légère odeur de renfermé qui planait dans l'air. Il ne doit pas être facile de gardé une auberge de cette taille au sec lorsque le soleil ne pointe jamais le bout de son nez, et lorsque que le manque de visiteur ne permet pas de laissé un feu dans l'âtre en permanence.

Notre première rencontre de la journée, était un peu comme cette auberge elle sentait le moisie, le capitaine de la garde du marquis fit son entrée dans la salle commune alors que nous étions entrain de prendre notre premier repas, composé d'une tranche de pain frais et d'un bol de gruau bien chaud, il nous était impossible de ne pas reconnaître après le portait que les habitant nous avaient fais de lui.

Il nous convia à rejoindre le marquis pour le dîner, et repartis sans demandé son reste après nous avoir donné rendez-vous à 17h sur la place du village où une calèche nous attendrai pour nous menez au manoir du marquis.

Ne pouvant pas décemment nous présenter devant le marquis avec nos vêtements déchiré par le naufrage, nous demandâmes à l'aubergiste qui dans le village serais le plus à même de nous aider. Après quelque échange de courtoisie nous nous dirigeâmes vers l'épicerie du village. Toujours aussi gentils les villageois nous saluèrent sur notre passage, mais l'atmosphère elle avait changé un élément m’échappait et je n'arrivait pas à savoir lequel, et malheureusement je n'étais pas au bout de mes surprises.

L'épicière ne possédant pas de vêtements à nous vendre elle se proposa tous de même de recoudre les nôtres. Ceci fais nous nous retrouvions avec la journée devant nous, les habitants n'ayant pas particulièrement besoin d'aide nous tentâmes de glaner des informations supplémentaires sur le bateau, le marquis et tout autres faits notable.

Rencontre avec Catherine
Histoire du père scott
Attente
En route pour le manoir
Le marquis
Le miroir
Nuit de cauchemars


Dernière édition par babhylone le Mar 28 Aoû 2012 - 23:37, édité 2 fois

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 2 : l'île

le Mar 28 Aoû 2012 - 13:23
A VENIR

Jour 3 :
Visite de l'île
La plage
La côte
L'épave
Les disparus
Nouvelle nuit de cauchemars

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 2 : l'île

le Mar 28 Aoû 2012 - 13:25
A VENIR

Jour 4 :
L'expédition
L'épave
Tol roco
La pièces noir
Le presbytère
L'espion
La course
Le cadavre
Le rêve

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 2 : l'île

le Mar 28 Aoû 2012 - 13:25
A VENIR

Jour 5 :
La foret
Les panneaux
La famille
La boucherie
Les voleurs
L'incendie
Le rêve

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks

Les chroniques de havok Empty Chapitre 2 : l'île

le Mar 28 Aoû 2012 - 13:26
A VENIR

Jour 6 :
L'épave
La prison
Catherine
Les ruines
La cathédrale
L'énigme
Le journal
La nuit blanche

Jour 7 :
L'escalier
La porte
La créature
Le fleuros
Le manuel
Le manoir
Les corbeaux
Le marquis
La créature
L'orage
Raptor
Conclusion

_________________
Le mal est simple et vain. Le mal ne recèle pas de profondeur mystérieuse. Nous contemplons un trou noir que nous remplissons de nos peurs, mails il ne s'agit que d'un trou.
-Orea Pullawr, “Le Couteau Aveuglant” de Brent Weeks
Contenu sponsorisé

Les chroniques de havok Empty Re: Les chroniques de havok

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum