Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Derniers sujets
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier


Partagez
Aller en bas
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Le Vaisseau fantôme Empty Le Vaisseau fantôme

le Mer 24 Avr 2013 - 0:12
Une ou deux semaines après les incidents lors du passage de la douane d'Équinoxe et les péripéties qui suivirent, Het Masteen, capitaine des Veilleurs, prend contact avec Ryô pour lui dire que Jason Hélio, Déméter - titre donné à l'archiprêtre du culte du Trident - a une mission à lui confier ainsi qu'au reste de son équipe.

Le rendez-vous a lieu rapidement et sans encombre, au niveau 16 où Ryô et Jack Rhino se rendent, sous la garde de deux Veilleurs aux aguets. Déméter explique qu'il souhaite que Ryô, Jack et quiconque d'autre dont ils souhaiteraient la présence dans leur équipe et qui serait volontaire, aillent explorer l'épave du F.N.H. Cerbère, navire de transport pénitancier hégémonien dont le naufrage a eu lieu pour des raisons inconnues, avec 1170 prisonniers et 600 hommes d'équipage à bord, cinq ans auparavant dans la Fosse de Ténérife, à l'est de la Plaine abyssale des Canaries, un endroit loin des zones d'influence de qui que ce soit, grande nation ou petite station. Tout porte à croire que sur ce navire se trouvait un homme qui serait capable de rendre les femmes fertiles. Il est expliqué que ce navire servait à amener les prisonniers jusqu'au bagne. Les prisonniers étaient cryogénisés pour la durée du voyage, trois par cellule, dans des compartiments superposés aux parois en alon, composite transparent et néanmoins résistant, servant généralement à faire les visière des exo-armures. Déméter propose une récompense de 30 000 sols par personne si cet homme, Karl Lembarch, est ramené vivant et à ce propos, un caisson hyperbare est fourni, ou bien 10 000 sols si ce n'est pas le cas mais que les informations rapportées sont intéressantes. Le transport jusqu'à et ensuite depuis la région du naufrage, une semaine aller et une semaine retour, est assuré par un croiseur Veilleur lourd de classe Achille, l'Equinus, dans lequel l'Hypérion, le vaisseau de Jack Rhino sera docké et que l'équipe prendra pour approcher le site du naufrage en lui-même. De plus, des armures exo-α de type Typhon, modifiées pour opérer à une telle profondeur, leur sont prêtées et d'éventuels frais, notamment de réparation, sont aussi couverts. Des précisions sont demandées quant à la nature précise d'une éventuelle opposition qui serait rencontrée, ce à quoi Déméter répond que pour autant qu'il sache, il s'agit d'une simple mission de sauvetage et exploration. Un marché est donc conclu pour 30 000 sols pour ramener Karl Lembarch ou ce qu'il en reste, ce qui est raisonnable si effectivement il n'y a de risque pour l'équipe autre que celui inhérent à la plongée dans une épave au bord d'une fosse. Dans le cas contraire, la rencontre avec une force d'opposition par exemple, le contrat serait caduc et les termes à renégocier.

À la suite de l'entretien, l'Equinus devant appareiller une vingtaine d'heures plus tard, chacun de Ryô et Jack essayent de se renseigner plus avant afin de préparer au mieux la mission, Ryô sollicite une connaissance pour les plans des navires de transport pénitanciers hégémoniens mais deux dizaines d'heures sont un délai trop court pour qu'on les lui fasse parvenir, Jack quant à lui se renseigne sur d'éventuelles équipes de mercenaires envoyées précédemment, personne ne semble avoir entendu parler de l'affaire. Ryô couvre néanmoins ses arrières et prévient Coralia Deventris, l'ambassadrice de la République de Corail sur Équinoxe, qu'il part commandité par Déméter et que s'il n'a pas donné signe de vie dans trois semaines, il peut être considéré comme perdu et elle devrait alors demander des éclaircissements au Trident.

L'Equinus finit par prendre le large, avec à son bord, la fine équipe au complet ainsi que tout leur équipement. Le trajet qui devait prendre sept cycles circadiens pour arriver jusqu'à la plaine abyssale n'en prend que six et une douzaine d'heures, bonne nouvelle puisque l'Equinus à ordre de reprendre le chemin d'Équinoxe au début du neuvième cycle, celà laisse donc trente-six heures plutôt que vingt-quatre pour effectuer l'exploration.

L'Hypérion, avec à son bord Jack - évidemment, Ryô et Thomas O'Maley descend jusqu'à l'épave, repérée sans trop de problème effectivement à environ 13 000m de fond, laissant derrière lui l'Equinus qui croise entre deux eaux à 10 000m. Après une vérification sonscan des alentours qui ne signale rien d'anormal, Jack pose l'Hypérion sur le rebord rocheux où se trouve le Cerbère, à quelque distance de la poupe. La situation est la suivante, le Cerbère est un navire de forme cylindrique de douze tranches, chaque tranche possédant trois accès par sas à exo-armures depuis l'extérieur, un en haut et un sur chaque bord. Les trois tranches d'arrière et les quatres tranches d'avant sont écrasées par de la roche, probablement dûe à des éboulis de la falaise qui le surplombe provoqués par le Cerbère lui-même lors de son naufrage. Son aile bâbord est à flanc de falaise rendant ces sas inacessibles ainsi que sa partie inférieure sur laquelle il repose. Les cinq tranches centrales ont l'air intactes mais impossible d'accès à cause de rochers éboulés au cours des années, seuls quatre sas sont encore utilisables, les sas supérieurs et les sas tribords de la première et de la dernière tranche non-écrasée. Des sources d'énergie et de chaleur qui pourrait correspondre aux machineries du navire apparaissent à l'analyse sonscan, il semblerait qu'il soit possible que quelqu'un ait survécu dans les compartiments centraux.

Les abysses sont calmes. Jack et Ryô sortent, O'Maley reste à bord de l'Hypérion - peut-être craint-il l'eau froide. Les exo-armures Typhon ont été bien modifiées, elles évoluent sans peine dans la noirceur de l'océan. Faisceau de projecteurs à pleine puissance, c'est avec circonspection et dans le silence assourdissant des profondeurs dérangé seulement par le bruit de son compresseur que chacun avance grâce à ses palmes juste au-dessus des compartiments écrasés, gardant l'autre dans son champ de vision en permanence. L'intérieur de l'épave ouvert à l'océan, ils y voient des coursives éventrées, des morceaux de tôles déchirés et ce qui semble être des restes humains presque pas décomposés, pas assez de vie microbienne à cette profondeur pour ça. Soudain, deux serpents-murènes en surgissent fonçant vers les deux plongeurs. Ryô fait rugir le propulseur à tuyère de sa Typhon pour croiser la course de l'une des créatures et l'envoie par le fond en l'ébouillantant avec le champ défensif à micro-ondes de l'armure. Rhino n'a pas cette chance et le second serpent-murène s'enroule autour de lui dans une étreinte presque gracieuse si elle n'était pas meurtrière. Une décharge électro-magnétique puissante émise par la créature met hors d'état la plupart des systèmes non-vitaux de l'armure de Rhino qui ne peut alors compter que sur la force intrinsèque de l'exo-α pour essayer de se dégager de la constriction qui fait grincer l'armure de manière sinistre. Sa Typhon est modifée pour résister à la pression qui règne dans cette plaine abyssale mais en cas d'avarie, tiendra-t-elle aussi bien qu'une armure faite dès la conception pour descendre aussi profond?

Sans se soucier d'économiser sa batterie, Ryô maintient le champ défensif actif, allume sa dague thermique et utilise sa tuyère à plein régime pour se ruer dans la mêlée. Par chance et adresse, il parvient à atteindre la bête et uniquement elle, la blessant mortellement qui ne peut alors plus lutter contre les deux exo-armures et les plongeurs finissent de l'achever pour se diriger d'urgence vers le sas le plus proche, celui du dessus de la neuvième tranche du Cerbère. Le mécanisme d'ouverture n'est pas de première jeunesse mais la force de leur exo-squelette aidant, ils réussisent à entrer. Le sas est fonctionnel, les pompes à eau en état de marche. Il est donc vidé. L'air qui remplace l'eau est respirable et non-vicié, au moins l'un des filtres à gaz carbonique du Cerbère est encore alimenté en énergie et en marche. Ryô et Jack sortent de leur exo-armures et inspectent celle de ce dernier. Pas d'avarie critique, pas de dégâts structurels notables mais toute l'électronique de bord fichue. Ils positionnent les armures de manière à ce que celle de Rhino, désormais sans système anti-vol, ne soit pas accessible sans déplacer l'autre, s'arnachent de leur équipement et s'avancent sur le pont supérieur du navire.

************************************************

La suite plus tard. Z'en pensez quoi ceux qu'étaient là comme ceux qu'étaient pas là?

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Mer 24 Avr 2013 - 17:30
J'en pense que j'aurai du venir Sad

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Mer 24 Avr 2013 - 18:34
Ne t'inquiète pas, il reste bien d'autres séances pour finir cette campagne.

_________________
Amicalement Fabius

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Ven 26 Avr 2013 - 14:28
Agénor a écrit: Une ou deux semaines après les incidents lors du passage de la douane d'Équinoxe et les péripéties qui suivirent, Het Masteen, capitaine des Veilleurs [...]

************************************************

La suite plus tard. Z'en pensez quoi ceux qu'étaient là comme ceux qu'étaient pas là?

Moi je pense qu'Hypérion est un super bouquin, et Endymion pareil. Smile
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Ven 26 Avr 2013 - 14:35
Tsss.... Cette référence était là en sous-marin^^

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Jeu 9 Mai 2013 - 2:00
Le Cerbère ne possède en fait qu'un pont, un seul et même espace avec des coursives le long des bords sur trois hauteurs différentes, où sont les cellules avec les caissons - chaque cellule contenant trois caissons -, et dans le grand axe, deux passerelles suspendues, en grilles de métal, au niveau des coursives supérieure et intermédiaire, ce qui permet de définir trois étages en partant d'un rez-de-chaussée/ras-de-marée. Jack et Ryô sortent du sas au bord externe de la tranche du sous-marin, devant eux les cent mètres de leur compartiment, jusqu'aux sas internes qui mènent au suivant, et s'immobilisent sur le champ. Cinquante mètres plus loin, suspendue au plafond, se trouve une tourelle de surveillance équipée d'une mitrailleuse lourde. Jack a déjà entendu parler de ces modèles, ils réagissent au mouvement, et en informe Ryô. Ce dernier essaye de repérer le senseur de la tourelle, sans succès. Un mouvement est effectuée mais la tourelle ne réagit pas, les deux hommes s'approchent alors prudemment, pas à pas afin de déterminer la distance à laquelle la mitrailleuse se mettrait à tirer. Une mise à couvert suite à une rafale plus tard, la réponse est qu'elle a un rayon de détection de trente mètres. S'avançant le plus près possible sans déclencher le feu, Ryô ajuste puis neutralise le détecteur de mouvement de la tourelle à l'aide d'une balle à impulsions électro-magnétiques, ce qui laisse le champ libre pour avancer dans le navire jusqu'à entrer dans le faisceau de détection de la tourelle suivante, vingt mètre plus loin qui sera neutralisée de la même manière ainsi que la suivante de même que celles de la tranche suivante, qui présente la même configuration. Des cadavres parsèment le pont, des corps en décomposition de prisonniers criblés de balles provenant des tourelles il y a déjà des années mais dont l'environnement artificiel quasi-stérile du navire pénitancier a fortement ralenti la putréfaction. L'inspection minutieuse des lieux permet de remarquer que la plupart des caissons ne contiennent soit plus personne soit un corps auquel des organes ont été prélevés. Seuls deux caissons ont encore quelqu'un en hibernation à l'intérieur, l'un contient un homme et l'autre une femme. En espérant que l'homme soit Karl LEMBARCH, le pilote et l'agent corallin, rejoints par O'Maley qui ayant fini d'inspecter la zone autour de l'Hypérion et l'ayant jugée suffisamment sûre a préféré aller leur prêter main forte, pénètrent dans la troisième tranche, par l'intermédiaire d'une série de cinq sas.

Il s'agit d'un compartiment non-pénitancier qui comprend la machinerie du secteur avec les générateurs qui alimentent les recycleurs d'air, les quartiers d'habitation d'une partie de l'équipage et du personnel pénitancier ainsi que des mess, un poste de sécurité et un petit hangar. Après s'être assurés que les générateurs ne risquaient pas de défaillir d'un instant à l'autre, il fût décidé de jeter un œil à l'ordinateur du poste de sécurité pour avoir plus de détails quant au sort du F.N.H. Cerbère et de savoir si l'homme en hibernation est celui qu'ils doivent ramener. Il s'avère que ça n'est pas le cas, que le caisson correspondant à LEMBARCH sur le relevé des prisonniers fait partie des caissons vides - dépit des trois explorateurs d'épave -, ses deux compagnons de chambrée étant un certain Némé LIDO et Lark SENSI, les deux personnes encore en hibernation sont Brad CROMWELL et Laélia. Un autre constat s'impose, l'ordinateur a été trafiqué, le programme des mitrailleuses sentinelles modifié afin que dans certains cas il n'y ait pas tir lors d'une détection mais de manière assez fine pour que les routines de sécurité de l'ordinateur ne le remarquent pas. O'Maley, fûté zouave, classe alors les prisonniers par crime et lumière d'espoir revient puisque LIDO était là pour piraterie informatique. Toujours aucun trace directe donc l'exploration reprend. Le tour des autres salles du secteur est rapide, la nourriture dans les mess est avariée depuis des années puisque les générateurs ne sont plus assez puissants pour faire fonctionner les chambres froides qui contenaient des réserves pour les six cents membres d'équipage, le hangar contient trois armures Série-A et un transporteur semblable à un Triam tout neufs mais les éboulis empêchent toute ouverture des portes. Dans les quartiers d'habitation, rien de marquant mis à part à l'infirmerie où se trouve un caisson hyperbare autoporté ce qui permettra si LEMBARCH ou son corps est retrouvé de ne pas avoir à retourner chercher le caisson qui est à bord de l'Hypérion. Les trois individus décident donc de passer par le deuxième étage dans la tranche suivante, la quatrième, elle aussi isolée de la troisième par une série de cinq sas.

C'est en s'attendant à une configuration symétrique aux deux premières tranches par rapport à la troisième que Jack, Tom' et Ryô ont le plaisir de contempler sur toute la longueur de l'unique compartiment qui s'étend sur près de deux cents mètres des monceaux de cadavres, certains en état de décomposition avancée et d'autres gigotant encore. Pas le temps de se poser de question puisqu'à mi-chemin de l'autre côté se trouve un homme, vivant, dont les analyseurs portables prédisent d'après sa corpulence et sa couleur de peau qu'il s'agit de LEMBARCH. Alors que LEMBARCH se précipite dans une cellule, les sentinelles automatisées l'ignorant étrangement, les senseurs des visières signalent quatre individus tout à l'autre bout de la coursive. Un coup d'œil permet de constater qu'il s'agit de membres du même groupe que ceux qui ont attaqués l'homme à la malette dans la zone de transit, le Soleil Noir. Un groupe commando similaire ayant déjà été affronté, Ryô, Jack et O'Maley savent qu'ils sont extrêmement rapides car très légers et qu'il suffit de les rendre inconscient pour qu'ils meurent à cause d'un dispositif implanté. Les quatres individus dont il semble qu'ils viennent de pénétrer l'épave s'élancent dans la coursive à la vue des trois explorateurs. La course à celui qui mettra la main sur LEMBARCH le premier s'engage mais avec un avantage de taille pour les explorateurs, en effet, quelques instants plus tard, l'un des quatre membres du commando est fauché par le tir en rafale d'une sentinelle; engager un ennemi en terrain inconnu aura été sa perte. O'Maley tente de les aligner à l'arme automatique mais les piles de cadavres donnent un couvert plus qu'acceptable aux trois restants qui continuent leur progression vers le centre du compartiment à une allure vertigineuse. Pendant ce temps, Jack qui était en train de refermer le sas saisit son arme et Ryô décide de descendre jusqu'à la passerelle par le moyen le plus rapide et enjambe donc la balustrade pour déployer en pleine chute un filin au bout duquel un grappin magnétique qui va s'accrocher à la paroi supérieure, lui permettant d'aterrir sans dommages pour lui aussi se mettre à courir le long des cellules du côté du navire où LEMBARCH s'est réfugié. C'est le jeu du chat et de la souris qui commence. Il faut à chaque groupe avancer sans tomber sous les balles des sentinelles, Ryô ne prenant pas le risque d'utiliser un chargeur de balles I.E.M. en pleine bataille plutôt que des balles chemisées standard et donc incapable de neutraliser les tourelles.

O'Maley tourne alors son pistolet-mitrailleur vers une tourelle et la détruit, lui permettant de s'avancer plus avant et de couvrir une plus large zone. Jack commence à descendre précautionneusement de la passerelle supérieure afin de tenter de rejoindre Ryô et ce dernier, ayant profité de l'avancée permise par Tom' pour réduire l'écart, a pu abattre l'un des trois assaillants d'une balle en pleine poitrine et continuer sa progression. Plus que deux. Sur la passerelle supérieure, O'Maley avance lentement, la passerelle étant un grillage, il n'a aucun couvert s'il se fait tirer dessus et préfère à raison en pas prendre de risques inconsidérés, les assaillants n'étant plus en vue. Rhino saute les trois derniers mètres après avoir entamé la descente depuis la passerelle intermédiaire et se réceptionne par une cabriole. O'Maley vide son chargeur sur les deux membres du commandos les forçant à esquiver la rafale, l'un d'entre deux se mettant par là-même dans le champ de tir d'une sentinelle qui ne manque pas de le truffer et l'autre prend refuge dans une cellule, concomittante de celle où est LEMBARCH. Ryô, voyant le néfaste individu faire, se prépare à lui loger une balle dans le crâne lorsqu'il ressortira. Jack voyant Ryô lunette de visée à l'œil lui demande de le couvrir et s'élance récupérer le pensionnaire du navire. Mal lui en a pris puisque c'est plein de dégôût et la queue entre les jambes qu'il se jette dans une pile miteuse de corps putréfiés lorsqu'une mitrailleuse tente de le prendre pour cible, il semblerait un instant qu'il les ait oubliées. Se sachant couvert par O'Maley, Ryô garde le fusil à l'épaule mais plus l'œil à la lunette et avance dans les ombres, se fondant dans les ombres grâce à la teinture généticienne utilisée sur ses amples vêtements. Se sentant probablement isolé, le seul survivant du commando tente une action d'éclat en se précipitant hors de sa cellule vers celle de LEMBARCH mais il ne fera que quelques pas, une balle du fusil de précision de Ryô lui traversant la gorge presque immédiatemment. Et de quatre.

Ne sachant si d'autres membres du commandos sont présent mais restés à couvert, Rhino et O'Maley couvrent le Corallin qui peut s'avancer sans craindre de se faire prendre pour cible par les sentinelles restantes. Une caméra à objectif myométrique lui permet de savoir que LEMBARCH est armé et tient en joue l'entrée de la cellule mais que tremblottant trop, il n'a pas le doigt directement sur la gâchette. Parlementer ne sert à rien, l'homme délire et dit vouloir protéger ses amis puisqu'il lui ont pardonné. Ceci n'a aucun sens. Comptant sur sa condition physique et ses réflexes comparés à ceux de quelqu'un depuis cinq ans naufragé, Ryô s'élance et plante sa dague neurale dans l'occiput de LEMBARCH avant que celui-ci ne puisse le transformer en passoire. Dans des poches est trouvée une télé-commande qui empêche les sentinelles de tirer. C'est à ce moment qu'une explosion se fait entendre. Une mine placée depuis l'extérieur a percé la coque de la quatrième tranche. Il eut fallu que sa jumelle fût placée à l'intérieur et détonne en même temps pour que l'effet escompté ait lieu mais sans moyen de la colmater, même cette petite voie d'eau entraîne l'inondation de la quatrième et cinquième tranche.

Le ménage ayant été fait, LEMBARCH est placé avant qu'il ne se réveille dans le caisson hyperbare et le caisson amené par O'Maley jusqu'aux armures par lesquelles les explorateurs sont venus sur le Cerbère, ce qui prend dix bonnes minutes, les deux séries de sas isolant la troisième tranche étant à franchir, les deux survivants sont réveillés et mis chacun dans une Série A par Ryô, alors ce qui peut être récupéré en dix minutes dans le navire est récupéré par Jack.

Si la mine a été placée par les quatre dont les corps flottent dorénavant dans l'épave, réaliser une sortie est relativement sûr mais par précaution, seul Jack est envoyé en avant aller chercher l'Hypérion qui est placé juste à l'extérieur du sas du Cerbère. Le transfert s'effectue alors que Jack voit sur les senseurs de son vaisseau le signal d'une exo-armure de taille moyenne et de modèle inconnu qui s'éloigne dans l'obscurité. Craignant d'éventuels chasseurs de combat du Soleil Noir - à qui il semblerait que le commando appartenait -, d'autant que LEMBARCH est peut-être porteur du remède pour l'humanité, un retour rapide vers l'Equinus est effectué où un balayage de la zone au sonscan est effectué sans rien relever. Le croiseur lourd reprend alors le chemin d'Équinoxe.

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Jeu 9 Mai 2013 - 10:16
En deux mots, complet et précis Very Happy

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

le Jeu 9 Mai 2013 - 11:00
C'est parfais, tu as bien mérité ta réussite automatique (surtout que tu en auras bien besoin pour le prochain scénario, dont une partie se réalisera en Hégémonie !).

_________________
Amicalement Fabius
Contenu sponsorisé

Le Vaisseau fantôme Empty Re: Le Vaisseau fantôme

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum