Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Derniers sujets
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier


Partagez
Aller en bas
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Realpolitik Empty Realpolitik

le Ven 17 Mai 2013 - 13:11
Direction le Fracasse!
Nût, suivie comme son ombre par Nono, son drone, Rhino, O'Malley, Laïl, Ryô et Galak, dont le petit transporteur d'exploration scientifique a aussi fait naufrage dans les mêmes eaux à cause du siphon, tuant son pilote, sont de la partie.
Le navire des Marchands de Chair, infâmes boucaniers, est le nez dans la roche sur un plateau remontant à quelques centaines de mètres de la surface. Alors que nos explorateurs s'approchent, un ping de sonar actif est émis ce qui leur permet de voir toute la zone mais leur approche est détectée. Par contre, du fait de la grappe relativement dense qu'ils forment, il est peu probable que l'opérateur sonscan ayant pingé ait pu les dénombrer exactement, mélange hétéroclite d'exo-α, -00 et -01 qu'ils sont, chacun plus ou moins identifiable individuellement dans la masse en fonction de la catégorie de l'armure et d'éventuelles contre-mesures personnelles.
Sur chacun des deux flancs du navire, nord et sud, à cent cinquante mètres des plongeurs, se trouvent trois exo-armures de petite taille et ce qu'il semble être un pavé métallique d'environ deux mètres d'arête et en plus, sur le flanc bâbord, orienté sud, une immense armure lourde.
Un crépitement à la radio demande une identification à quoi Galak répond qu'il a fait naufrage alors qu'il venait faire des prélèvements biologiques et nécessite de l'assistance. On lui répond que l'on vient l'aider et l'exo lourde en deux bonds titanesques d'une vélocité ahurissante arrive droit sur eux.
Pendant ce temps, Nût et Nono se sont un peu reculés, descendant du plateau, se mettant dans l'ombre sonar de la paroi alors que Ryô, profitant de la signature acoustique floue de son armure, l'Alecto, s'était éloigné du groupe et, ne cherchant pas à parlementer ne serait-ce qu'un instant avec les pirates, a entrepris de foncer sur ceux qui sont à bâbord près de la boîte métallique, d'autant qu'il soupçonne ces boîtes d'être des lanceurs de torpilles et espère ainsi se mettre à l'abri d'un tir en étant trop proche du lanceur pour présenter une solution de tir.
Ceci laisse Galak, O'Malley, Laïl et Rhino encaisser ce qui est finalement une charge de l'exo-04 qui leur fonce dessus. C'est Galak, en exo-01 alors que les autres sont en exo-00, qui réceptionne l'impact, sa vénérable Ivu Shogoki grince mais ne bronche pas et le combat s'engage entre le colosse qu'est l'exo-04 et la nuée d'armures légères. L'exo-04 dispose d'une pince comme membre supérieur droit et son pilote s'en sert pour tenter de broyer le bras gauche de Galak alors que Laïl et O'Malley aident ce dernier à la lutte pendant que Rhino essaye de couper l'alimentation en énergie de la pince. En vain, il coupe bien quelque chose mais celà reste sans effet. Elle doit avoir une alimentation de secours. La pince maintient son étreinte et serre de plus en plus fort; l'armature renforcée de l'Ivu Shogoki de Galak lui permet de résister à la pression mais elle s'approche dangereusement de l'avarie d'autant que les forces combinées des trois exo-armures de Galak, Laïl et O'Malley ne semblent pas suffire à prendre le dessus sur le monstre de métal.
Galak désespéré tente le tout pour le tout en faisant appel à ses pouvoirs mystiques océaniques et alourdit d'une cinquante de kilos le casque du pilote de l'exo-04 qu'il peut voir à travers le hublot mais celà ne semble pas le déranger outre mesure, le casque étant en partie maintenu en place par une attache à l'armature interne de l'exo.
Le combat fait rage alors que Ryô continue sa course vers les trois armures qui ne semblent pas s'être rendues compte de son déplacement et que Nût observe la situation grâce à Nono qu'elle a fait remonter un peu plus haut, en dehors du couvert.
Puisant au plus profond de lui, Galak alourdit encore le casque qui, pesant plus d'un quintal, brise le cou du pilote comme une vulgaire brindille. Cependant, il n'est pas tiré d'affaire puisque l'exo-04, probablement par un moniteur intégré qui mesure l'activité physiologique du pilote ici réduite à néant pour cause de décès, met en route le pilotage automatique et l'armure file au nord à une allure surprenante, entraînant Galak avec elle et distançant les autres. Seul Rhino, au prix de manœuvres périlleuses au ras des crêtes rocheuses, parvient à refermer la distance et à rester assez longtemps au contact pour que, l'exo-04 ne se défendant plus, il en profite pour faire sauter d'un geste preste le capot de la pile énergétique et trancher le câble d'alimentation principal, immobilisant l'armure en une dizaine de mètres, emportée qu'elle était par son élan, et surtout relâchant l'étreinte de la pince qui retient Galak.
Pendant ce temps, Ryô arrive à toute allure sur les trois armures et plante ses deux lames neurales au travers du casque de l'une d'entre elles, envoyant son pilote dans un coma dont il ne relèvera jamais et faisant par là-même basculer l'armure face contre plancher océanique, ce qui apparaît sur le sonscan de Nût comme un blip parmi les trois autour de la caisse métallique disparaissant sans raison. Les deux autres servants du lance-torpille puisque c'est effectivement ce que c'est, tentent alors de s'en prendre à l'ombre qui vient de mettre hors de combat leur coéquipier avec pour seul résultat la disparition au bout de quelques secondes des deux autres échos du sonscan de Nût.
Mais très probablement, Nût n'y prête que peu d'attention parce qu'au même moment, l'autre batterie de torpilles, celle au nord du Fracasse, fait feu sur l'exo-04, qui s'éloignait de plus en plus sans répondre à aucun message radio, d'une torpille suffisante pour réduire l'armure en charpie avec de bonnes chances de réserver le même sort à ceux qui sont autour.
Laïl et O'MALLEY mais surtout Rhino et Galak, alors dans la proximité immédiate de l'exo-04 verrouillée par la torpille doivent la vie à Nût qui par l'intermédiaire du canon à neutrons de Nono détruit le missile en pleine course, mettant à profit l'unique fenêtre de tir possible avant explosion de la torpille sur sa cible. La déflagration de la torpille détruite cependant est des plus rudes et l'onde de choc envoie O'MALLEY au fond d'une crevasse, endommageant notablement son exo-01.
À peine remise, Nût doit à nouveau faire feu pour abattre une autre torpille lancée cette fois-ci par la batterie sud. À nouveau une seule chance. Nono acquiert la cible et un deuxième neutron à très haute énergie s'élance à la vitesse de la lumière vers là où aurait dû être la torpille mais celle-ci ayant une trajectoire très plongeante, la frappe est trop haute et la torpille continue sa course, course qui ne dure que quelques dizaines de mètres puisqu'elle explose non loin du lanceur du flanc nord, tuant ses trois servants.
Fier de son tir d'artillerie, Ryô se rue vers le sas du navire Marchands de Chair bien décidé à être l'instrument volontaire d'une hécatombe. La porte océanique du sas est verrouillée électroniquement mais celà ne le retient qu'une poignée de secondes, son ordinateur mis au point spécifiquement pour les agents de Fragment, la section action des services d'intelligence corallins, déchiffrant le code sans délai. La porte interne du sas est elle verrouillée de l'intérieur ce qui oblige Ryô à la forcer à coups répétés, la puissance des impacts démultipliée par l'Alecto. Il finit donc pénétrer les coursives du navire et s'élancer vers la passerelle de commandement, ne croisant pas âme qui vive. Chaque porte sur le chemin est verrouillée de la même manière et chaque porte subit un sort similaire, qui arrachée, qui enfoncée, qui déchirée, c'est avec une détermination nourrie par une haine sans bornes que l'Alecto finit par poser le pied dans un mess, dernier compartiment avant la passerelle de commandement- ou plus exactement le sas propre à la passerelle. Dans ce mess, une vingtaine de boucaniers retranchés, armés de fusils mitrailleurs et à couvert derrière les tables renversées, qui ouvrent le feu dès que la porte vole en éclats. Leurs balles ne peuvent percer l'armure de l'exo-α et Ryô ne fait aucun quartier. À la vitesse de la foudre, sa furie noire projette, disloque et égorge les Marchands de Chair les uns après les autres. Ni repentance ni suppliement n'ont d'effet, implacable, chacun d'entre eux passe de vie à trépas dans le fracas assourdissant des rafales d'armes automatiques.
Lorsque le dernier rend son dernier soupir, Ryô tourne son attention vers le sas interne. Derrière ces deux portes, un homme sous les ordres directs de Voghn le Renégat, la lie de l'espèce humaine, un individu avec lequel il joue au chat et à la souris - ou plutôt à l'orque et à l'otarie - depuis des années, tenant parfois le rôle du chasseur et parfois - et même généralement - le rôle de la proie. L'homme aux commandes de ce vaisseau devrait, avant d'être égorgé et sa dépouille laissée aux soins des autres explorateurs pour qu'ils touchent la prime de cent mille sols auprès de l'O.E.S.M. pour sa capture ou sa mort, lui en apprendre assez pour le placer pour de bon dans le rôle de l'orque et lui permettre de conclure la chasse. Ryô n'a que le temps de se plaquer dos à la paroi à côté de la porte du sas avant d'être submergé. Les autres explorateurs viennent d'ouvrir la porte externe du sas qui donne sur l'océan, inondant chaque compartiment du navire puisque chacune des portes étanches les séparant a été détruite. C'est portés par la vague et aspirés contre leur gré à l'intérieur que le groupe est réuni devant l'entrée du poste de pilotage.
Cette fois, le sas peut être franchi sans tôle froissée, l'eau évacuée rouge de sang. L'arrivée dans la cabine d'une demi-douzaine d'exo-armures enlève toute velléité belliqueuse au capitaine qui se rend immédiatement. Chacun pare alors à ce qui lui semble le plus urgent, que ce soit accéder à l'ordinateur de bord pour Nût et O'MALLEY, que ce soit aller fermer la porte océanique du sas externe et redresser la porte interne pour lui rendre son étanchéité pour Rhino et Laïl ou que ce soit forcer le boucanier dans la combinaison de plongée présente dans le sas pour qu'il guide Galak et Ryô jusqu'à la salle des machines pour récupérer les filtres à air et les packs énergétiques pillés sur l'Equinus et la station non loin.
Pendant ce temps, l'Equinus et ce qu'il reste de son équipage ont envoyé des secours vers la station et les survivants ont été amenés en sécurité à bord du croiseur lourd. Alors que Rhino, Laïl et O'MALLEY récupèrent et retapent l'exo-04 puis s'en servent pour dégager le Fracasse de son carcan, Nût, aidée du capitaine de l'Equinus, essaye de déterminer leur localisation, la tempête les ayant totalement égarés et Galak et Ryô, ce dernier toujours en exo-armure, tentent d'interroger le capitaine des boucaniers mais lorsqu'à la première question, Ryô demandant de but en blanc où se trouve Voghn, le pirate répond qu'il ne sait pas de qui il s'agit, Ryô, d'un violent coup de coude, lui brise l'humérus droit, provoquant perte de conscience.
Une demi-heure plus tard, c'est Galak qui pose les questions. Lorsque nécessaire, contact est établi entre Voghn et son capitaine par messages déposés dans une cache, à Équinoxe, leur attaque sur la station, Bella Vida - il était temps que l'on apprenne son nom, leur avait été commanditée par quelqu'un sur Merrox avec des instructions précises ordonnant de filmer l'assaut et laisser le puits de forage de pétrole intact, quelqu'un avec qui le pirate a rendez-vous le lendemain pour lui remettre l'enregistrement vidéo et recevoir le solde de leur dû, une partie du paiement ayant déjà été effectuée sous la forme de nourriture, empaquetée par caisses étiquetées "réserve stratégique de Merrox", et de fuel, lui aussi dans des fûts marqués comme étant la propriété de Merrox et interdits à la vente.
Ces informations par rapport à Merrox, station du sud de la zone d'influence du Trident, permettent à Nût de déduire leur localisation et il est décidé d'honorer le rendez-vous au bar de la station le lendemain puisque la porte du hangar de l'Equinus a pu être dégagée et donc que l'Hypérion n'en est plus prisonnier.
Merrox. Une station benthique minière sur la façade ouest du talus continental européen, trois modules principaux, un peu moins d'un milliers d'habitants et parmi eux le salopard qui a vendu Bella Vida aux Marchands de Chair ou plutôt qui les a payé pour qu'ils la mettent à sac.
Le rendez-vous du capitaine des boucaniers doit avoir lieu dans le bar de la station. Les explorateurs - sauf Ryô qui reste à bord de l'Hypérion afin de prévenir contre une éventuelle intrusion - entreprennent d'en apprendre un peu plus sur la provenance du carburant et des vivres et en profitent pour effectuer une reconnaissance du point de rendez-vous histoire de couvrir leurs arrières, d'autant qu'ils se rendent vite compte que Merrox est un point de relâche pour mercenaires de tout poil. Ils apprennent que c'est le bon moment pour quitter Merrox, des rumeurs courant sur des problèmes imminents, que l'extraction d'hydrocarbures et leur raffinage permettent à la station d'être énergétiquement indépendante bien que devant recourir à de combustion et donc produire plus d'oxygène pour y pallier et que les mercenaires du coin sont plutôt désoeuvrés ces temps-ci. Rhino dissimule une caméra au fond du bar pour pouvoir suivre ce qui s'y passe sans avoir à y mettre les pieds, sait-on jamais si d'aventure certains des mercenaires étaient Hégémoniens.
Peu avant l'heure du rendez-vous, avec Nût en éclaireur, Ryô grimé en capitaine boucanier grâce à son masque mimétique s'installe au fond du bar et en profite pour manger un morceau, après dix jours de voyage et deux jours de naufrage, un repas constitué d'autre chose que de rations militaires est le bienvenu. À l'heure pile, un homme entre accompagné par trois gros bras, s'installe et semble attendre. Une dernière bouchée et Ryô se dirige vers lui, non sans s'être assuré que les autres le couvre toujours, si les choses doivent mal tourner, autant avoir des gens sur qui l'on peut compter dans les parages. Le déguisement fonctionne, l'échange a lieu, l'enregistrement vidéo preuve de la mise à sac de Bella Vida contre 20 000 sols et les plans de sécurité de Merrox. L'homme est le responsable de la sécurité du débarcadère et de la zone de transit, accéder à de tels documents est donc inhérent à son rôle. Il visionne l'enregistrement et en informe quelqu'un par communicateur en l'appelant "chef". Ces salopards vont donc par deux, un maître et un apprenti et celui-ci est l'apprenti. Puis, il se lève et s'en va une fois l'affaire conclue. Ryô retourne à son assiette pour donner le change alors que Nût et Galak font mine de s'intéresser à des convertisseurs dans un atelier attenant. Il y a trois sorties à la zone où se trouve le bar, chacune couverte par O'MALLEY, Rhino ou Laïl. C'est cette dernière que prend le douanier, toujours avec ses gorilles. Suivi de loin en loin, il va jusqu'au poste de douane devant lequel il donne une plaquette - un paiement en sols donc - à chacun des trois gardes du corps qui s'en vont de leur côté alors qu'il entre.
Il faut dorénavant agir pour mettre la main sur la personne avec qui il est entré en communication. La station est de taille restreinte. En supposant que son complice soit effectivement son supérieur hiérarchique, d'où l'appellation de "chef", un organigramme de la station est obtenu en quelques minutes. L'homme du rendez-vous a trois superieurs, son supérieur direct douanier en chef, le supérieur de ce dernier responsable de la sécurité de la station et enfin l'administrateur général de Merrox, un certain Sentei. L'organigramme permet aussi d'apprendre qui sont les responsables de la gestion des stocks réguliers et des stocks stratégiques ainsi que qui est en charge de la prospection et de l'approvisionnement en pétrole. Une enquête est menée, chacun allant poser quelques questions à l'une de ces personnes. Chacun rentre bredouille, personne n'ayant rien à redire sur le comportement de ses collègues sauf O'MALLEY qui est aussi allé voir l'un des gorilles et a appris qu'il avait été grassement payé mille sols pour dix minutes de travail par un inconnu une heure auparavant et sauf Ryô qui en faisant particulièrement attention au faciès du gestionnaire des stocks stratégiques a noté une tension lorsque l'éventualité d'un inventaire trafiqué pour couvrir un trafic est évoquée.
L'organigramme montre que le supérieur commun du rendez-vous du boucanier et du gestionnaire est le chef de la sécurité, ce qui laisse deux suspects en ce qui concerne l'éminence grise de cette affaire, le chef de la sécurité ou l'administrateur en chef qui lui aussi a accès à tous ses subordonnés. Afin de pouvoir trancher, le groupe - décidant de ne plus se séparer - se dirige vers le lieu de résidence du chef de la sécurité afin de l'interroger de manière forcée s'il s'y trouve ou bien de fouiller la pièce puis d'aller au poste de sécurité, son lieu de travail, s'il n'est pas chez lui.
Au détour d'un couloir, ils remarquent qu'ils sont suivis d'un peu trop près par trois personnes dont l'homme du rendez-vous d'un peu plus tôt. Nût se réfugie dans le magasin d'équipement minier de la station, à côté duquel ils étaient, les autres se cachent pour pouvoir tomber sur le râble des trois malotrus dès que l'occasion se présentera. La faute à pas de chance - et le manque d'équipement adéquat du matou - fait que lorsque les trois hommes arrivent à la hauteur du groupe, ils ne voient que O'MALLEY sur qui ils ouvrent le feu quelques instants alors que celui-ci saute à couvert et que les autres bondissent sur les assaillants pour les empêcher de transformer l'homme-chat en homme-passoire. Laïl, une épine d'os jaillie de sa paume, éventre l'un des deux gardes , Ryô maîtrise le douanier, mis à terre, par un bras dans le dos et la tête maintenue au sol, Rhino tient en joue le dernier qui tient lui-même Ryô en joue alors que Galak prodigue les premiers soins à O'MALLEY qui n'est pas sorti indemne de la fusillade. "À qui as-tu donné confirmation de la réception de la vidéo?" tonne Ryô. "Je ne vois pas de quoi vous voulez parler" lui répond-on. Violence de part et d'autre quand Ryô, toujours aussi peu enclin aux réponses taquines, heurte la mâchoire de l'homme contre le sol d'un coup sec, faisant voler quelques dents et que celui qui tient Ryô en joue lui tire dessus ou en tout cas tente de le faire puisque Rhino lui fait sauter la cervelle avant. "Le nom de celui qui te donne des ordres, je ne le redemanderai pas une troisième fois" énonce Ryô d'une voix blanche alors que le corps du garde s'écroule juste à côté d'eux dans une gerbe de sang. Terrorisé, il avoue, le chef de la sécurité est l'instigateur, l'administrateur n'est au courant de rien.
L'individu est menotté et la direction de l'habitation du chef de la sécurité est prise quand les haut-parleurs de la station retentissent. "Alerte générale! Alerte générale! Nous subissons l'assaut de l'Hégémonie. Que chacun se mette à l'abri!" Les explorateurs et leur prisonnier ont tout juste le temps de faire demi-tour et de se ruer dans le module central - où se trouve le dock et donc l'Hypérion à bord duquel les armures, indispensables s'il faut faire face à un assaut au sol mené par les terribles troupes de choc de l'Hégémonie, les Techno-Hybrides - avant que les cloisons de confinement ne soient déployées. Mais il est impossible de se déplacer plus avant et le groupe se réfugie tant bien que mal dans un atelier de réparation et d'entretien de matériel d'aquaculture. Au bout de longues minutes durant lesquelles chacun n'ayant eu le temps de s'imaginer tomber que trop de fois à l'imminent combat qui ne manquera pas d'arrriver - personne ne voulant être pris vivant ou vivante pour diverses raisons propres à chacun, les Haut-parleurs retentissent à nouveau. "Ici le contre-Amiral à la tête de la seizième flotte atlantique hégémonienne, Merrox est sous notre contrôle total. Aucune insubordination ne sera tolérée. Que toute personne ayant des informations au sujet des événements récents sur Bella Vida se rende à la salle du conseil."
Profitant de l'apparente liberté de mouvement au sein d'un même module, le groupe range ses armes et se dirige vers le poste de sécurité. Les menottes du prisonnier sont défaites afin que celui-ci puisse faire entrer une partie du groupe malgré les gardes hégémoniens en faction devant. Galak, Ryô et Jack entrent, Nût, Laïl et O'MALLEY restent à l'extérieur à couvert. Dedans se trouve le chef de la sécurité et alors que les questions commencent à fuser, deux violents coups sont donnés à la porte, "Ouvrez au nom de l'Hégémonie!". Rhino a la présence d'esprit de répondre du tac au tac, en Olosak, "C'est bon, on s'en charge déjà" offrant quelques précieuses secondes à Ryô et Galak pour paraître s'affairer comme si leur présence en ces lieux était normale, non sans que Ryô ne profère une dernière menace - accompagnée d'une passe d'armes à la vitesse foudroyante - à l'encontre du chef de la sécurité, lui promettant de le tuer avant que les Hégémoniens n'aient le temps de le restreindre si le chef de la sécurité pensait balancer les trois explorateurs aux importuns envahisseurs. À nouveau, "Ouvrez!" Rhino ouvre la porte en prenant garde de rester derrière celle-ci visage baissé et vers le mur.
Entre alors le contre-amiral, accompagné de quelques fantassins, et s'enquiert de savoir si l'homme en face de lui est bien le chef de la sécurité, ce qui lui est confirmé. L'Hégémonien ordonne que le chef de la sécurité soit mené à la salle du conseil. Galak prend la parole et demande, en tant que dignitaire du culte du Trident, de pouvoir, ainsi que ses assistants - en pointant Ryô d'une main et l'extérieur de l'autre, prendre part à toutes décisions concernant Merrox, argumentant pour celà qu'il connaît en détail l'ensemble de la chronologie des événements concernant Bella Vida. L'officier à la solde des Patriarches accepte.
La salle du conseil est le lieu du débat public sur Merrox, elle contient une table où les dirigeants y siègent et une tribune depuis laquelle les habitants peuvent assister aux débats. S'y trouvent déjà la population de la station ainsi que Sentei, à la table des débats, qui somme le contre-amiral de s'expliquer. Sentei se voit alors accusé d'avoir ourdi et mis en œuvre le pillage de Bella Vida, station présentée comme hégémonienne par le militaire et que s'il ne se disculpe pas, étant administrateur en chef, Merrox sera détruite en rétribution. Sentei tombe des nues, apprenant toute l'affaire d'une traite et perd ses moyens, ne trouvant pas les mots pour se défendre et surtout rien qui puisse aller à l'encontre des dires de son chef de la sécurité qui prétend n'être qu'un exécutant. Orateur de talent, Galak intervient et établit un calendrier des événements clair et précis, appelant à témoigner divers responsables de la station, chacun en rapport avec son poste. Tous disent avoir reçu leurs ordres du chef de la sécurité, il est donc prouvé que le chef de la sécurité était au courant de tout. Reste donc à prouver que Sentei n'était au courant de rien. L'argumentaire final pour l'établissement des responsabilités tient en un rapport falsifié sur l'état des stocks stratégiques - puisqu'y ont été prélevés le carburant et les rations données aux pirates - rédigé par le responsable de ces stocks que le chef de la sécurité prétend avoir remis à Sentei quinze jours auparavant et que ce dernier l'a validé. Sentei connaît l'état réel des stocks, tout comme le chef de la sécurité. Les deux ont l'autorité pour valider ces rapports, celui qui a validé le rapport falsifié l'a donc fait en totale connaissance de cause. Or, afin d'éviter les dissensions, le nom où le poste de celui qui l'a validé n'est pas mentionné. Le chef de la sécurité dit qu'il l'a transmis à Sentei qui dit n'en avoir jamais rien vu. Le rapport validé se trouve dans les dossiers des deux hommes, l'administrateur arguant que puisque son subordonné l'avait validé, il ne s'est pas penché dessus par manque de temps.
Le contre-amiral perd patience et fait savoir à Galak que personne n'aura le bénéfice du doute et qu'à moins d'une preuve concrète quant à ce rapport, il ordonnera le bombardement de la station et des installations alentours. Ryô a alors un éclair de génie et propose d'examiner les fichiers transférés de l'ordinateur du chef de la sécurité vers celui de Sentei durant la semaine précédant la validation du rapport.
Game over! Le chef de la sécurité n'a jamais transféré le rapport. L'homme est emmené dans une salle adjacente, cinq coups de feu retentissent et la flotte hégémonienne largue les amarres dans les minutes suivent.
Galak propose alors à Sentei, avec l'assentiment du fondateur de Merrox qui s'avère être l'un de ses amis, d'intégrer la station au giron du Trident plutôt que d'être un partenaire privilégié en collaboration étroite mais l'administrateur est réticent à renoncer à l'indépendance. Ryô glisse alors le fait qu'une incursion telle que celle de la flotte hégémonienne est de facto une déclaration de guerre; si l'Hégémonie n'a que faire d'une violation d'intégrité territoriale vis-à-vis d'une station indépendante puisqu'aucune représaille sérieuse n'est à attendre, elle ne peut être aussi cavalière à l'encontre du Trident et donc si Merrox renonce à son indépendance au profit du Culte, celà mettrait fin aux velléités expansionnistes de l'Hégémonie qui existent à l'encontre de Merrox depuis sa création, ceci n'en étant que le dernier épisode en date - Bella Vida voisine venant de retourner de force dans le giron hégémonien - et ceci sans être affectée économiquement puisque l'intégralité de ses échanges industriels sont déjà avec le Trident et que celui-ci est plutôt laxe vis-à-vis des mercenaires - et pour cause, ils forment une flotte pouvant se défendre déjà sur place qui n'est pas entretenue par le denier du Culte. C'est finalement de bon coeur que Sentei paraffe la déclaration de rattachement de Merrox au Culte du Trident.


Dernière édition par Agénor le Ven 17 Mai 2013 - 21:56, édité 1 fois

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Realpolitik Empty Re: Realpolitik

le Ven 17 Mai 2013 - 13:17
Que cette affaire soit un coup monté par la nation des Patriarches pour récupérer Bella Vida par intérêt stratégique que celà ne m'étonnerait pas, vu le climat hyper-tendu qui règne dans l'Atlantique Nord en ce moment.
Si Galak n'avait pas été là pour donner Merrox au Trident, leur victoire aurait été totale.
Mais comme Merrox > Bella Vida, avantage Trident.

Je suis curieux de voir ce qui va se passer maintenant....


Dernière édition par Agénor le Ven 17 Mai 2013 - 21:24, édité 1 fois

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?

Realpolitik Empty Re: Realpolitik

le Ven 17 Mai 2013 - 19:52
le rapport qui n est jamais arrive chez sentei c est le rapport du geologue decouvreur des importants champs petroliferes de bella vita et remis en mains propres a l accuse par ledit temoin.
Agénor
Prima donna
Voir le profil de l'utilisateur

Realpolitik Empty Re: Realpolitik

le Ven 17 Mai 2013 - 20:01
Ouaip, ce doit être bourré d'inexactitudes, j'ai fait ça de tête, ayant laissé mes notes à Vernouillet. N'hésitez pas à corriger ou préciser.

_________________
Quelle est la couleur de l'Œil de Sauron?
Contenu sponsorisé

Realpolitik Empty Re: Realpolitik

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum